http://www.toutelapoesie.com/pays/poetes_marocains.html

Tahar Ben Jelloun

220px-Tahar_Ben_Jelloun_par_Claude_Truong-Ngoc_sept_2013

(en arabe : طاهر بن جلون) est un écrivain, poète et peintre marocain né le 1er décembre 1944[1] à Fès (Maroc). Il est titulaire du prix Goncourt pour son roman La Nuit Sacrée.

Après avoir fréquenté une école primaire bilingue arabo-francophone[1], il étudie au lycée français de Tanger jusqu'à l'âge de dix-huit ans, puis fait des études de philosophie à l'université Mohammed V de Rabat, où il écrit ses premiers poèmes — recueillis dans Hommes sous linceul de silence (1971). Il enseigne ensuite la philosophie au Maroc. Mais, en 1971, à la suite de l'arabisation de l'enseignement de la philosophie, il doit partir pour la France, n'étant pas formé pour la pédagogie en arabe. Il s'installe à Paris pour poursuivre ses études de psychologie.

À partir de 1972, il écrit de nombreux articles pour le quotidien Le Monde. En 1975, il obtient un doctorat de psychiatrie sociale. Son écriture profitera d'ailleurs de son expérience de psychothérapeute (La Réclusion solitaire, 1976). En 1985, il publie le roman L'Enfant de sable qui le rend célèbre. Il obtient le prix Goncourt en 1987 pour La Nuit sacrée, une suite à L'Enfant de sable. En 2008, il est élu membre de l'Académie Goncourt, en remplacement de François Nourissier démissionnaire.

Il participe en octobre 2013 à un colloque international au Sénat de Paris[2] sur l'islam des Lumières avec Malek Chebel, Reza, Olivier Weber, Abdelkader Djemaï, Gilles Kepel et Barmak Akram. Il écrit plusieurs ouvrages pédagogiques (tel que Le Racisme expliqué à ma fille, 1998, ou l'Islam expliqué aux enfants 2002), et il est régulièrement sollicité pour des interventions dans des écoles et universités marocaines, françaises et européennes. En novembre 2015, il quitte les éditions Bompiani qui publia ses œuvres en italien pour fonder à Milan La nave di Teseo, une nouvelle maison d'édition, avec Umberto Eco.

ob_ca4fbd_la-vache-rose-ben-jelloun-1

http://www.taharbenjelloun.org/

 

Abdelkébir Khatibi

khatibi2

Né à El Jadida,une ville marocaine au sud de Casablanca, le 11 février 19381et il est décédé le 16 mars 2009 à Rabat à l'âge de 71 ans2. Il a grandi dans un quartier d'El Jadida proche de la mer. Enfance qu'il célébrera plus tard en construisant son récit Amour Bilingue comme une métaphore océanique. Après le décès de son père, théologien et négociant, il devient élève interne au Collège Sidi Mohammed à Marrakech, entre 1950 et 1957. Il écrit ses premiers poèmes à douze ans, en arabe, ensuite en français qui demeurera sa langue d'écriture. Après une année propédeutique au Lycée Lyautey de Casablanca, il entreprend des études supérieures en sociologie à la Sorbonne et soutient sa thèse en 1965, la première thèse sur le roman maghrébin, publiée en 1968. De retour au Maroc, il mène une intense activité : chercheur, écrivain, enseignant, intellectuel engagé dans la politique, le Syndicat de l'enseignement supérieur dont il est un des fondateurs. Il fait paraître en 1971 son premier roman, La Mémoire tatouée, récit autobiographique qui inaugure une série de livres et d'études dans trois domaines: la littérature proprement dite, la recherche en sciences sociales et la critique d'art.

citation-abdelkebir-khatibi-071915

PDF gratit ici: http://www.google.be/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=4&ved=0ahUKEwja1rK6w-fSAhVEKMAKHW1MBdgQFgguMAM&url=http%3A%2F%2Fwww.limag.refer.org%2FVolumes%2FArticlesKhatibi.PDF&usg=AFQjCNE4GzeUq31pRFWvffLsmvrtD8PH-A&sig2=OuFJQDCXS7H4iCkPNadvfw

 

Yuba

300px-Yuba_(singer)

De son vrai nom Moussa Habboune est né en 1968 à Dcheira, près d’Agadir au Maroc., Il est un poète, musicien et compositeur amazigh (« berbère »), originaire de la région du Souss dans le Sud-Ouest marocain.

Son style musical de musique berbère s'inspire de toutes les musique que le petit Yuba écoutait petit. La musique amazighe bien évidemment dans toute sa richesse. La musique occidentale aussi.

Ses chansons portent essentiellement sur l'engagement en faveur du peuple amazigh (sa culture, son identité et ses problèmes).

En ce sens, il peut être considéré comme un membre important de la nouvelle vague (Mallal, Tirit, Khalid Izri, Amarg Fusion, Massinissa, AZA, Tafsut, Tafwet...) de la musique amazighe, née de la lutte pacifique du peuple amazigh pour ses droits culturels, économiques et politique en Afrique du Nord.

http://yubaweb.blogspot.be/

Voir aussi ->https://fr.wikipedia.org/wiki/Cat%C3%A9gorie:Po%C3%A8te_marocain

 

La poésie amazighe, expression des sentiments et de la cosmogonie des Imazighen, est omniprésente dans les différentes manifestations et activités des hommes et des femmes amazighes, elle accompagne l'individu tout le long de sa vie : naissance, mariage, cueillette, tissage, moisson, fêtes, rites et guerres sont les thèmes traités dans la poésie des Amzighes

Le peuple berbeèe a son propore dialecte et sa poésie bien à lui..à voir ici:https://fr.wikipedia.org/wiki/Po%C3%A9sie_Amazighe_marocaine