http://plume-de-poete.over-blog.com/2017/04/defi-n-108-theme-la-difference.html

La différence ente nous

Comme toi j‘ai été dans le ventre de ma mère

Comme toi j‘ai bu son lait ou au biberon

Comme toi j‘ai appris à marcher parler

Comme toi je vois les mêmes couleurs

Comme toi je saigne quand je me blesse j‘ai mal

Et mon sang est comme le tien

Comme toi je ris, je pleure, j‘ai froid, j‘ai peur

Comme toi ‘ai des rêves et des espoirs

Comme toi j‘ai des amies et je joue

Je respire dors, je mange..

Tu comprends regarde moi je suis comme toi

Non !? Tu vois une différence, laquelle ?

Ma peau, ma foi, ma manière de vivre ?

Et si toutes ces « différences » entre nous

Étaient des richesse au lieu d’un point faible

Au lieu de me détester pour ce que je ne suis pas

Pourquoi ne pas en faire un avantage

« La différence c’est une richesse »

 

0

 

Chaque visage est un miracle (Tahar Ben Jelloun)

 Un enfant noir, à la peau noire, aux yeux noirs 

 Aux cheveux crépus ou frisés, est un enfant.

 Un enfant blanc, à la peau rose,  Aux yeux bleus ou verts

 Aux cheveux blonds et raides, est un enfant.  -

L’un et l’autre, le noir et le blanc, ont le même sourire

 Quand une main leur caresse le visage,  

Quand on les regarde avec amour  Et leur parle avec tendresse. 

Ils verseront les mêmes larmes si on les contrarie,  

Si on leur fait mal.

 Il n’existe pas deux visages absolument identiques  

Chaque visage est un miracle parce qu’il est unique.  

Deux visages peuvent se ressembler

Mais ils ne seront jamais tout à fait les mêmes.  

La vie est justement ce miracle.

Ce mouvement permanent et bougeant  

Et qui ne reproduit jamais le même visage.

Vivre ensemble est une aventure où l’amour,  

L’amitié est une belle rencontre avec ce qui n’est pas moi,  

Ce qui est toujours différent de moi et qui m’enrichit.

 ( http://katelemonde.over-blog.com/article-22825509.html )

0000 (2)

L’homme civilisé (poème d’Alain Bosquet)

J’ai gazé quelques Juifs : c’est une race affreuse,

puis je me suis distrait en écoutant Mozart.

J’ai fusillé des partisans : c’est la chienlit,

puis j’ai humé la rose avec un tel amour !

* J’ai dépecé l’Arabe : une bête de somme,

puis j’ai mis des faveurs au cou de mon caniche ;

J’ai enterré vivants des Arméniens : les Turcs

avaient raison ! puis j’ai songé au Tintoret,

à Vélasquez, à Zurbaran. J’ai réchauffé

le Nègre : était-il fade, avec sa sauce au vin !

puis au bord de la mer j’ai relu Jean Racine.

J’ai arrosé les Vietnamiens, de ce napalm

qui les réduit à ce qu’ils sont : quelques cloportes,

puis j’ai fait ma chanson d’homme civilisé."

 0000 (1)

 L’antisémeeting (Erich Weinert)

Poète allemand antifasciste, Erich Weinert identifie les loups blonds

aux grands patrons nazis qui veulent être les seuls à exploiter les "moutons prolétaires"

Aujourd’hui à minuit

les loups blonds se sont réunis

avec force aboiements.

Et l’un d’eux a tenu ce sermon :

dans l’Etat des loups blonds

les troupeaux de moutons prolétaires

ne sauraient être mangés que par des loups clairs.

Pour cette raison, un seul principe à valoir :

à bas les loups noirs !

Et quand on en vint à la violence

même les moutons furent de la danse.

Je terminairai sur ce sujet de la Différence avec ces 2 images qui en disent beaucoup..

HALTE à LA HAINE !!

fn6