http://www.agoaye.com/cette-annee-je-semaine-28/

S28-copie

Habituée a écrire de simple poeme ou accrostiche j'ai testé...le texte....

voici le texte ici:

Des mots pour voir clair…

profilcrop

 

Elle n'écrivait que la nuit, des phrases lumineuses qui l'éblouissaient si fort qu'elle clignait de plus en plus des yeux. , Elle consulta un ophtal-mot.

Il ouvrit le carnet qu’elle lui adressa, commença à lire et fut petit à petit ébloui.

Elle scruta le visage du vieux monsieur, réputé depuis des années, pour savoir « lire les maux », impatiente elle lui demanda son avis.

-Oh Jeune fille, tes mots brillent de la pureté de ton cœur, de l’amour que tu as donné et donne encore chaque jour à tes proches et même des inconnus.

-Oui j’aide des SDF dans un centre de nuit.

-Il faut beaucoup de courage pour aider ces personnes qui ont tout perdu.

-effectivement mais leur joie, leur petit sourire est un si beau cadeau, surtout de la part des enfants.

-Exactement, je lis ici des mots parlant d’innocence d’espoir;Tu es quelqu’un d’optimiste et tu gardes espoir que demain sera meilleur.

-Oui il faut toujours espérer et puis je ne suis pas là pour les accabler, ils souffrent déjà trop.

-Tu es pour eux comme une étincelle, un peu comme un phare qui les guide, tes paroles sont douceur et apaisante dans leur épreuves.

 

Il continua sa lecture..

-Tu brilles pour tout le monde…et toi as-tu trouvé ta lumière ?

Non enfin si…eux…être à leur cotés me rends bien heureuse

-Tu fais quoi dans ta vie tu es encore aux études ?

Non j’ai raté mon bac science, alors je suis partie et je travaille dans un cabinet d’avocats en tant que secrétaire.

-Que voulais tu  étudier en science ?

-Psychologie mais le destin en a décidé autrement..

-As tu fais des stages ?

-Oui deux et cela me plaisait beaucoup, ce contact avec des gens qui se cherchent, c’est à ce moment là que..

-Tu as commencé à écrire l’interrompit-il

Elle le regarda abasourdie ! En effet, un jour dans le train du retour elle avait couché ses premiers mots dans son petit calepin.

Il li sourit tendrement.

Oui vous avez raison, c’est depuis ces stages que je trouve l’inspiration...

-Peut-être cherchais-tu la raison de ton choix d’études..

-Lorsque je me relis, les mots me brulent les yeux ou m’éblouissent comme un vase de cristal qui casse en mil morceaux, je n‘arrive plus à mettre les mots à leur place.

-ces bouts de cristaux sont tes questions sur tes choix pour ton avenir, tes moments de doutes de tristesse…

Lisette renifla, les larmes vinrent aux yeux mais elle n’arriva pas à s’exprimer.

-Ecoute petite, on choisit son avenir en fonction de sa propre histoire et je pense que ton cœur a été brisé à plusieurs reprises, mais tu as toujours gardé espoir que tout irait mieux, que le pire serait derrière…

-Peut-être, devrais-je reprendre mes études.dit elle hésitante..

-Oui mais toi seule peut prendre cette décision ; malgré les épreuves les galères, les échecs, tu as toujours retenu le meilleur, je vois en toi, un cœur blanc comme le lait, « pur » voilà pourquoi tu t’occupes tant des autres.

Il se leva déposa sa main sur l’épaule de sa consultante ..

-On ne peut donner le meilleur de soi que si l’on est en accord, en paix avec soi-même dit-il en lui faisant un clin d’œil.

Il lui rendit le carnet elle se leva « soulagée »  de ces éclaircissements.

-Je vos remercie de votre aide. Elle prit son sac y rangeât le précieux recueil de mots.

-Donne-moi de tes nouvelles, dés que tes mots seront « arc en ciel »…