Sombrer

5e147cc7943e700547f9724d511a6b7c

Il est quatre heures du matin

Le visage enfui entre mes mains

J'implore Dieu

de m'accueillir dans les cieux

 

Chaque jour je m'enfonce un peu

chaque matin, au ciel je lève les yeux

Je me lève pour vivre

Le soir souvent, je suis ivre

 

Ma mémoire me fait mal

encore et encore les images défilent

Alors mon cœur s'emballe

Les larmes glissent ente mes cils

 

Devenu fragile comme du cristal

Mon cœur se meurt au fil des jours

Chaque instant, intensifie la douleur

détresse et regret lui rongent les contours

 

Comment continuer à vivre

Quand on a plus le gout à rien

Le soir, de vin on s'enivre

Cette vie ne ressemble plus à rien

 

On cache la douleur

On étouffe ses pleurs

Habillée, maquillée....

Cette façade où rien ne parait...

 

Mais quand vient la douleur

Quand la tristesse et la rage me déchirent

Je cherche l’éternelle blancheur

Pour un dernier soupîr