Chez Assoula

""Poésie de la rue"".. l histoire de Brigitte Janssen....appel au partage pour elle

 

JB (3)

Aidée par un Verviétois touché par son histoire, la SDF liégeoise Brigitte Janssen est prête à publier son recueil de poèmes. «Poésies de rue», c’est son nom, sortira d’ici septembre.

Cette dame m’a particulièrement touchée, j avais parlé plusieurs fois avec elle, je fréquente régulièrement cette grande gare de Liège, pour rendre  chez mes enfants à 12k0m…

Brigitte Janssen, une Liégeoise de 59 ans, est sans domicile depuis huit mois. Malgré la vie en rue pas toujours aisée, elle n’a pas laissé tomber sa passion pour l’écriture. En effet, tous les jours, elle prend son cahier et laisse ses émotions s’exprimer. Une histoire qui a touché Zakaria, étudiant verviétois, qui l’aide à éditer son recueil de poèmes.

JB (2)

Alors aujourd’hui je vous la présente.. . et j’espère que cet article sera partagé par mes lectrices/lecteurs  afin de faire connaitre cette poétesse mais aussi pour un geste humain, son recueil est pour elle une chance de sortir de la rue de  ‘’revivre’’

Je vous remercie pour elle

Lancement de son ouvrage et rencontre: https://www.facebook.com/events/233631177556156/

JB (1)

https://www.youtube.com/watch?v=Mv8dShcPw8g

https://www.facebook.com/Brigitte-Janssen-2667879336574569/

https://www.sudinfo.be/id128569/article/2019-07-04/brigitte-une-sdf-liegeoise-qui-raconte-sa-vie-en-poemes-dans-un-coin-de-la-gare?fbclid=IwAR02Rs08U6FVOmJ6AJoO2sAEwGC4ETWA44CzypIriyzvEi5aNO4PydXPIJA


22 septembre 2019

Nouveau recueil pour Evy:" SYMPHONIE "

Nouvel ouvrage pour notre amie de plume "Evy" venez le découvrir sur son site

Symphonie-1-170

http://plume-de-poete.over-blog.com/2019/09/je-vous-presente-mon-nouveau-recueil-symphonie.html

Posté par Assoula Warda à 11:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Ascodocpsy organise depuis 2010 un concours de nouvelles– Prix 2019

 

Tu es bien comme ton père

 

affiche_concours_nouvelles_ascodocpsy_2019

Vous avez jusqu’au 22 novembre 2019 pour nous soumettre votre ou vos nouvelle(s).

Merci de vous inscrire et de déposer votre nouvelle via le formulaire ci-dessous pour participer.

Votre nouvelle doit être rédigée dans le modèle de rédaction à télécharger et doit respecter le règlement du concours. Si vous êtes mineur.e, merci de faire remplir l’autorisation parentale par un.e représentant.e légal.e et de la joindre au formulaire d’inscription.

Fichiers à télécharger : – modèle de rédaction – règlement du concours – autorisation parentale

Contact : concoursdenouvelles.ascodocpsy@gmail.com

https://www.ascodocpsy.org/concours-de-nouvelles-ascodocpsy/?cn-reloaded=1

https://framaforms.org/concours-de-nouvelles-ascodocpsy-10e-edition-prix-2019-1530797113

 

17 septembre 2019

L’éléphant et la corde

éléphant-et-la-corde

Votre tentative peut échouer, mais n’omettez jamais une tentative.

Voici l’une des nouvelles les plus stimulantes que j’ai lues récemment. 

L’auteur est inconnu mais son message est de la plus haute importance.

Alors que mon ami passait devant les éléphants, il s’arrêta soudainement, confus par le fait que ces énormes créatures étaient tenues par une simple corde attachée à leur jambe avant. Pas de chaînes, pas de cages.

 Il était évident que les éléphants pouvaient, à tout moment, se détacher des cordes auxquelles ils étaient liés mais, pour une raison quelconque, ils ne l’ont pas fait. Mon ami a vu un entraîneur à proximité et a demandé pourquoi ces beaux et magnifiques animaux étaient restés là sans même tenter de fuir.

«Eh bien, dit-il, quand ils sont très jeunes et beaucoup plus petits, nous utilisons des cordes de la même taille pour les attacher et, à cet âge, il suffit de les tenir. En grandissant, ils sont conditionnés à croire qu’ils ne peuvent pas s’en séparer. Ils croient que la corde peut toujours les tenir, alors ils n’essayent jamais de se libérer. »Mon ami était stupéfait. Ces animaux pouvaient à tout moment se libérer de leurs liens, mais parce qu’ils croyaient ne pas pouvoir le faire, ils étaient coincés là où ils se trouvaient.

Comme les éléphants, combien d’entre nous vivons dans la vie en croyant qu’ils ne peuvent rien faire, simplement parce qu’ils ont échoué auparavant?

Combien d’entre nous sont retenus par des croyances anciennes et dépassées qui ne nous servent plus? 

Combien d’entre nous ont évité d’essayer quelque chose de nouveau à cause d’une croyance limitante? 

Pire encore, combien d’entre nous sont freinés par les croyances limitantes de quelqu’un d’autre?

Quoi que vous puissiez concevoir et croire, vous pouvez y arriver! CHOISISSEZ de ne pas accepter les fausses frontières et limitations créées par le passé.

Posté par Assoula Warda à 15:41 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

10 septembre 2019

La fougère et le bambou

 petite-histoire-mérite-d’être-lue

À pros de la résilience: L’histoire de la fougère et le bambou – (conte oriental)

C’était un jour tout à fait ordinaire lorsque j’ai décidé de tout laisser tomber…

Un jour, je me suis avoué vaincu… j’ai renoncé à mon travail, à mes relations, et à ma vie. Je suis ensuite allé dans la forêt pour parler avec un ancien que l’on disait très sage.

– Pourrais-tu me donner une bonne raison pour ne pas m’avouer vaincu? Lui ai-je demandé.

– Regardes autour de toi, me répondit-il, vois-tu la fougère et le bambou?

– Oui, répondis-je.

– Lorsque j’ai semé les graines de la fougère et du bambou, j’en ai bien pris soin. La fougère grandit rapidement. Son vert brillant recouvrait le sol. Mais rien ne sorti des graines de bambou. Cependant, je n’ai pas renoncé au bambou.

– Savais-tu que tout ce temps que tu as passé à lutter, tu étais en fait en train de fortifier tes racines? Dit l’ancien, et il continua…

– Le bambou a une fonction différente de la fougère, cependant, les deux sont nécessaires et font de cette forêt un lieu magnifique.

– Ne regrettes jamais un  jour de ta vie. Les bons jours t’apporteront du bonheur. Les mauvais jours t’apporteront de l’expérience. Tous deux sont essentiels à la vie, dit l’ancien, et il continua… Le bonheur nous rend doux. Les tentatives nous maintiennent forts. Les peines nous rendent plus humains. Les chutes nous rendent humbles. Le succès nous rend brillants…

Après cette conversation, j’ai quitté la forêt et j’ai écrit cette histoire incroyable. J’espère que ces mots vous aideront à garder la foi et à ne jamais abandonner.

Vous ne devriez renoncer, jamais, en aucun cas!

Ne vous dites pas à quel point le problème est grand, dites au problème à quel point VOUS êtes grand.

Si vous n’obtenez pas ce que vous désirez, ne perdez pas espoir, qui sait, peut-être que vous êtes juste en train de fortifier vos racines.

Ce qu’il faut retenir de la fougère et le bambou « La résilience est la capacité à faire face aux adversités de la vie, transformer la douleur en force motrice pour se surpasser et en sortir fortifié. Une personne résiliente comprend qu’elle est l’architecte de sa propre joie et de son propre destin. »

– La deuxième année, la fougère grandit et fut encore plus brillante et abondante, et de nouveau, rien ne poussa des graines de bambou. Mais je n’ai pas renoncé au bambou.

– La troisième année, toujours rien ne sorti des graines de bambou. Mais je n’ai pas renoncé au bambou.

– La quatrième année, de nouveau, rien ne sorti des graines de bambou. Mais je n’ai pas renoncé au bambou.

– Lors de la cinquième année, une petite pousse de bambou sorti de la terre. En comparaison avec la fougère, elle avait l’air très petite et insignifiante.

– La sixième année, le bambou grandit jusqu’à plus de 20 mètres de haut. Il avait passé cinq ans à fortifier ses racines pour le soutenir. Ces racines l’on rendu plus fort et lui ont donné ce dont il avait besoin pour survivre.

Posté par Assoula Warda à 15:18 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,


06 septembre 2019

MCO°317 chez moi ’Les chansons dédiées à leurs enfants » Les participations

 

124532651 (4)

hqdefault (3)

 

Johnny Hallyday - Laura

 

"" Oh Laura, le temps passe et me remplit de toi
Je n'avais besoin de personne et tant de place pour toi
Oh Laura, petit rien du tout mais tant pour moi
Tous ces conseils qu'on donne, tu ne les entendras pas""

Pascal Obispo - Millésime (Clip officiel)

""Après autant d'amour la saison des vendanges
On récolte le fruit le meilleur des mélanges(oh oh)
La bouche est ronde et pleine et le nez si discret
Quel prénom allait-on bien pouvoir te donner?""

 

Daniel Balavoine - Mon Fils Ma Bataille HQ

""Je vais tout casser Si vous touchez Au fruit de mes entrailles Fallait pas qu'elle s'en aille

Bien sûr c'est elle qui l'a porté Et pourtant C'est moi qui lui construis sa vie
Lentement Tout ce qu'elle peut dire sur moi N'est rien
Bien sûr c'est elle qui l'a porté Et pourtant C'est moi qui lui construis sa vie
Lentement Tout ce qu'elle peut dire sur moi
N'est rien à côté du sourire qu'il me tend L'absence a des torts
Que rien ne défend C'est mon enfant""

Renaud "Morgane de toi" | Archive INA

""T'es la seule gonzesse que j'peux tenir dans mes bras
Sans m'démettre une épaule, sans plier sous ton poids
Tu pèses moins lourd qu'un moineau qui mange pas
Déploie jamais tes ailes, Lolita t'envole pas
Avec tes miches de rat qu'on dirait des noisettes
Et ta peau plus sucrée qu'un pain au chocolat
Tu risques de donner faim à un tas de petits mecs
Quand t'iras à l'école, si jamais t'y vas
Lola J'suis qu'un fantôme quand tu vas où j'suis pas
Tu sais ma môme Que j'suis Morgane de toi

francis cabrel sarbacane

""Les hommes poursuivent ce temps Qui court depuis toujours,
Voilà que t'arrives Et que tout s'éclaire sur ton parcours
Pendue à mon cou, comme une liane Comme le roseau d'une sarbacane
Le ciel s'est ouvert par endroits, Depuis toi
Pas besoin de phrases ni de longs discours,
Ça change tout dedans, ça change tout autour
Finis les matins paupières en panne Lourdes comme des bouteilles de butane
J'ai presque plus ma tête à moi, Depuis toi""
Et ma préférée...

Céline Dion - Je lui dirai ( Clip vidéo )

""
Je lui dirai qu'il est de ce pays
Où son grand-père était bûcheron
Que dans son sang l'Orient coule aussi
Que les mélanges font de beaux enfants
Qu'il est fort et bien vivant
Je lui dirai qu'il est né de l'amour
Que nous l'attendions passionnément
Que chaque nuit s'efface au nouveau jour
Qu'il sera grand mais qu'il a bien le temps
Oh Dieu, qu'il a bien le temps
Et que la vie l'appelle, que le monde l'attend
Que la terre est si belle et le ciel est si grand
Qu'il est beau, que je l'aime, qu'il est ma vie, ma joie
Qu'il est un parmi des millions d'humains
Mais bien l'unique pour moi
Je lui dirai qu'ici-bas, tout s'apprend
Le bien, le mal et même le bonheur
Qu'il ne perde jamais ses yeux d'enfant
Devant trop de malheurs et de laideur
Qu'il regarde avec son cœur
Je lui dirai d'être sage et prudent
D'aller frôler les glaces et les feux
Qu'il goûte à tout mais sans jamais dépendre
Que trop peut être pire que trop peu
Oh, bien pire que trop peu
Et que la vie l'appelle, que le monde l'attend
Que la terre est si belle et le ciel est si grand
Qu'il est beau, que je l'aime, qu'il est ma vie, ma joie
Qu'il est un parmi des millions d'humains
Mais bien l'unique pour moi
Je lui dirai les chansons, les poèmes
Qu'il n'y a pas d'amour sans histoire
Que le bonheur est un grain que l'on sème
Qu'amour et santé ne s'achètent pas
Et qu'on n'est riche que de ça
Je lui dirai qu'un jour une autre femme
Viendra l'aimer et qu'il l'aimera
Que j'en mourrai de bonheur et de larmes
Mais que nous serons là pas après pas
Que c'est la vie et sa loi
Et que la vie l'appelle, que le monde l'attend
Que la terre est si belle et le ciel est si grand
Qu'il est beau, que je l'aime, qu'il est ma vie, ma joie
Qu'il est un parmi des millions d'humains
Mais bien l'unique pour moi""

Chez vous...

frambie:

http://frambie.eklablog.fr/mco314-a169650656

Zazarambette

http://zazarambette.fr/mercredi-cest-musique-106/

 

Renée

http://envie2.be/mco-cest-la-reprise/

Canelle

http://www.dinclo56.com/2019/09/mercredi-cest-musique.html

Marie

https://mathieumth.wordpress.com/2019/09/04/chansons-du-mercredi/

Posté par Assoula Warda à 23:03 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

03 septembre 2019

Du temps pour ses enfants

 

1

Un jour, un homme revenant du travail très tard, fatigué et agacé trouva son fils de 5 ans, à l’entrée de la porte.

« Papa, je peux te poser une question ? » 

« Qu’est-ce que c’est ? » répondit l’homme.

« Papa, combien tu gagnes par heure ? » 

« Ce n’est pas ton problème … Pourquoi une question pareille ? » répondit l’homme, d’une façon agressive.

« Je veux juste savoir. S’il te plaît combien tu gagnes par heure ? »

« Tu sais quoi ? Je gagne 12 € par heure ! » 

« Ah … » répondit le garçon, avec sa tête vers le bas. 

« Papa, prête-moi seulement 6 € »

Le père était furieux !

« C’est pour cette raison que tu demandais cela ? Penses-tu que c’est comme ça que tu peux obtenir de l’argent pour acheter des jouets ? Tu penses que je travaille si durement chaque jour pour de tels enfantillages ? Va vite dans ton lit. »

Le garçon restant silencieux, entre dans sa chambre et ferme la porte. L’homme assis dans le salon devient de plus en plus nerveux en se ressassant les questions de l’enfant.

Comment ose-t-il poser ce genre de questions juste pour gagner de l’argent ?

Une heure plus tard, l’homme se ressaisit et se dit :

Peut-être qu’il avait vraiment besoin d’acheter quelque chose avec ces 6 € et après tout ce n’est pas dans ses habitudes. L’homme alla à la chambre du gamin et ouvrit la porte.

« Tu dors, mon fils ? » demanda l’homme …

« Non papa, je suis éveillé », répondit le gamin …

« Je pense que j’ai été trop dur avec toi mon fils… J’ai eu une journée très dure à tel point que je me suis déchargé sur toi.

Voici les 6 € que tu as demandé. »

Le petit tout souriant s’écria… « Oh, merci papa ! » L’homme a vu que le gamin avait déjà de l’argent, et commença à se fâcher de nouveau.

Le garçon comptait son argent doucement, puis regarda son père.

« Pourquoi voulais-tu plus d’argent si tu en avais déjà ? »

« Papa, c’est parce que je n’en avais pas assez. », répondit le gamin.

« Papa, maintenant j’ai 12 € . Puis-je acheter une heure de ton temps ? … S’il te plaît, arrives demain une heure avant à la maison, j’aimerais dîner avec toi. »

Le père a été brisé. Il a mis ses bras autour de l’enfant et lui a demandé pardon…

C’est juste un petit rappel à tous ceux qui travaillent dur dans la vie.

Nous ne devons pas la laisser filer entre les doigts sans avoir passé un temps, ou une partie de ce temps avec ceux qui en ont vraiment le besoin, ceux qui sont proches de notre cœur.

N’oubliez pas de partager ces 12 € (la valeur de votre temps) avec quelqu’un que vous aimez.

Posté par Assoula Warda à 07:07 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

02 septembre 2019

La légende bouddhiste sur les chats

La légende bouddhiste sur les chats

Pour le bouddhisme, les chats représentent la spiritualité. Le Chat était tenu en très grande considération chez les anciens peuples. Il est l’emblème du courage, de l’indépendance mais aussi et surtout de la liberté. Symbole de la vigilance, il représente souvent des citoyens qui ont bien gardé une ville ou une commune.

Le chat jouait un grand rôle dans la religion égyptienne.Mais ce rôle purement mythologique était assez obscur. II se nommait en égyptien miaou, nom qui rappelle notre mot miauler. Il en est question dans le Livre des morts comme d’un allié du Soleil (Râ), détruisant les ennemis de l’astre du jour.

En France, il symbolise la malchance et le mal. Au Japon c’est un porte-bonheur. Et au moyen Age, pour les européens le Diable. Au Royaume-Uni : la chance.

Ce sont des êtres illuminés qui transmettent calme et harmonie, et on dit souvent que qui n’a pas un bon rapport à son inconscient ne réussit jamais à se connecter complètement à un chat ou à comprendre ses mystères.

Personne n’est surpris d’apprendre que la figure de ces animaux est associée au Bouddhisme.

À tel point qu’en Thaïlande, il existe une légende précieuse qui s’est propagée au fil du temps. Et qui a transformé les chats en des êtres de paix et d’intime union dans les temples des pays asiatiques.

C’est pour cela qu’il est très fréquent de voir les chats somnoler et se pelotonner dans le giron des multiples figures de Bouddha qui ornent les jardins et les sanctuaires.

Les chats voient bien au-delà de nos sens, entre leurs siestes et leurs moments de jeu et d’exploration, ils creusent en notre âme avec leur flair raffiné.Ils soulagent les tristesses et nous protègent avec leurs regards nobles et reluisants.On dit souvent qu’avoir un chien, c’est profiter de compagnon le plus fidèle qui existe.

C’est totalement vrai, mais qui connaît le caractère d’un chat sait que la connexion est plus intime et profonde. D’où le fait que plusieurs moines bouddhistes comme le maître Hsing Yun, parlent du pouvoir guérisseur de cet animal.

Une légende bouddhiste sur les chats, originaire de Thaïlande

Tout d’abord, nous devons savoir quelque chose d’important. Le bouddhisme n’est pas organisé avec une hiérarchie verticale.

L’autorité religieuse repose sur des textes sacrés mais il existe une grande flexibilité dans ses approches.

La légende dont nous allons vous parler prend racine dans une école en particulier : dans le bouddhisme theravāda, ou le bouddhisme du lignage des ancêtres.

C’est en Thaïlande et dans ce contexte qu’a été écrit «Le livre des poèmes du chat» ou le Tamra Maew. Que l’on trouve aujourd’hui à la bibliothèque national de Bangkok et qui est un authentique trésor à préserver.

Sur les anciens papyrus, on peut lire une histoire enchanteresse qui racontait que quand une personne avait atteint les niveaux les plus hauts de spiritualité et mourait, son âme s’unissait placidement au corps d’un chat.

La vie pourrait donc être très courte, ce que la longévité féline permettait, mais quand on arrivait à la fin, l’âme savait qu’elle atteindrait l’illumination.

Le peuple thaïlandais de cette époque, connaissant cette croyance, avait une autre pratique très curieuse…

Quand un proche mourait, on l’enterrait dans une crypte avec un chat vivant.

La crypte avait toujours un trou par lequel l’animal pouvait sortir. Et quand il le faisait, les gens savaient que l’âme de l’être aimé était à l’intérieur de l’animal…

Ainsi, ils atteignaient la liberté et ce sentier de calme et de spiritualité capable de préparer l’âme au chemin postérieur jusqu’à l’ascension.

Les chats et la spiritualité

On dit des chats que ce sont comme de petits moines qui méditent. Et qu’ils sont capables d’apporter l’harmonie dans un foyer.

Pour l’ordre bouddhiste de Fo Guang Shan, par exemple, ce sont comme des personnes qui ont atteint l’illumination.

  • Les chats sont des êtres libres qui boivent quand ils ont soif, qui mangent quand ils ont faim, qui dorment quand ils ont sommeil et qui font ce qu’ils doivent faire sans besoin de plaire à personne.
  • Il ne se laissent pas dominer par leur ego, et, selon cette branche du bouddhisme, ils ont appris à sentir les humains depuis des temps très anciens, alors qu’à l’inverse les humains ont appris à ressentir les chats dans le présent.
  • Ils sont loyaux, fidèles et affectueux, mais leurs démonstrations de tendresse sont intimes et subtiles, et donc extrêmement profondes. Seuls ceux qui savent creuser dans leur intérieur, avec respect et dévouement, jouiront de leur amour inébranlable. Mais ceux qui sont déséquilibrés ou qui lèvent souvent la voix ne seront jamais à leur goût.

Pour finir, nous savons que nous devons recourir à des textes bouddhistes pour comprendre que les chats sont spéciaux.

Et que leurs regards nous transportent à des univers introspectifs, que leurs postures étranges nous invitent à pratiquer le yoga, que ce sont des exemples d’élégance et d’équilibre…

Nous les aimons et nous les vénérons, et même s’ils se prennent pour d’authentiques dieux en hommage aux temps de l’Égypte Antique, c’est quelque chose que nous leur accordons avec fierté.

Nous disposons tous de nos propres histoires avec ces animaux. Avec des moments inoubliables qui nous permettent de profiter de petits instants chargés de magie et d’authenticité.

Ces moments qui, sûrement on

cat-1418273_960_720

t servi d’inspiration pour tisser cette magnifique légende bouddhiste sur les chats qui est restée imprimée sur du papier plein de magie et de mysticisme.

“Le temps passé avec des chats n’est jamais du temps perdu.”

Sigmund Freud-

 

Posté par Assoula Warda à 05:53 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

29 août 2019

Coucou mes ami(e)s !! des news + MCO°317 chez moi ’Les chanson dédié à leurs enfants »

 

sans-titre

dthdh

J’espère que l’été fut bon pour vous !!

Moi de mon coté, j’ai eu la chance de partager de très bons moment avec ma belle-famille, mes enfants et mon homme robin

Florian a eu 24ans ce 16 aout, bientôt ce sera le tour de Ibrahim 7ans ( 16 novembre) qui rentre en 2eme primaire (CE1) et Manu qui aura 20ans une  semaine plus tard

Quant à nous, nous déménageons fin septembre, nous restons dans notre petit village des Ardennes  belge, Aywaille, mais plus proche du centre

Je serai fidele à vos ateliers donc a partir d’Octobre car ce mois de septembre sera chargé et pas de connexion les premiers jours dans notre nouveau « chez nous » 

Mais je ne vous abandonne pas, vous m’avez manqué et pour commencer j’animerai le prochain MCO, Musique à cœur ouvert dont le thème est   ‘’Les chanson dédié à leurs enfants »,

Frambie ( http://frambie.eklablog.fr/themes-participants-mco-p715642)

et moi attendons vos belles et tendres participation pour ce mercredi 4 septembre, une belle façon de commencer la rentrée n’est-ce pas ?

dépposez vos lien ici bas en commentaires merci beaucoup

Pour patienter, je vous offre cette belle chanson de Claude Barzotti pour sa fille

Claude Barzotti - Seize ans.flv

 

Posté par Assoula Warda à 14:37 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,

26 août 2019

Le pot fêlé

Une histoire hindoue pour apprendre à nous regarder

pot-fele-e1521283796725

 

Voici l’histoire d’un paysan qui, pour vivre, vendait de l’eau au marché. Il avait environ dix jarres. Tous les jours et très tôt le matin, il posait une perche sur son dos. À chaque extrémité était suspendue une jarre; il les portait jusqu’au puits et, ensuite, au centre du village. Cependant, au milieu de tous ces récipients se trouvait un pot fêlé.

Curieusement, cet homme travailleur prenait toujours le pot fêlé pour effectuer son premier voyage du jour. Il le portait, avec une jarre en parfait état, jusqu’au puits dans lequel se trouvait l’eau. Il recueillait ensuite patiemment le liquide et le transportait sur plus de deux kilomètres.

Bien évidemment, lorsqu’il arrivait au marché, le pot fêlé avait perdu une grande quantité de l’eau qu’il transportait. Par conséquent, le paysan ne pouvait que toucher la moitié de ce qui était convenu. En revanche, la jarre en bon état fonctionnait à merveille et lui permettait de gagner tout l’argent qui était prévu.

Rapidement, les autres pots commencèrent à parler de la situation entre eux. Ils ne comprenaient pas pourquoi l’homme conservait encore ce pot fêlé car il lui faisait perdre de l’argent tous les jours. Ils ne comprenaient pas non plus pourquoi il le prenait toujours pour son premier voyage quotidien.

Le paysan avait l’habitude de faire quelque chose qui éveillait la curiosité du pot fêlé et des autres jarres. Parfois, sur son chemin quotidien en direction du puits, avec les récipients vides, l’homme mettait sa main dans sa poche et répandait quelque chose sur le chemin. Aucune jarre ne savait de quoi il s’agissait.

Puis, au bout d’un moment, le paysan cessait de mettre ce quelque chose dans sa poche et de le jeter sur le bord du chemin. Il recommençait un peu plus tard mais, cette fois, du côté opposé. Cela intriguait tous les pots mais, étant donné qu’il ne le faisait pas tout le temps, ils finissaient par oublier cette histoire et leur curiosité disparaissait.

Les conversations entre les nouveaux pots tourmentaient le pot fêlé. En réalité, il regrettait d’être si peu utile et de causer du tort à quelqu’un qui l’avait acheté et avait pris soin de lui pendant si longtemps. Par conséquent, il décida de ne pas y réfléchir davantage et de parler au paysan pour qu’il le jette.

Une nuit, alors que le paysan se préparait à aller se reposer, le pot fêlé l’appela et lui dit qu’il avait besoin de parler avec lui. L’homme l’écouta alors, très attentif à ce que le pot voulait lui dire. Ce dernier, sans préambule, lui dit ce qu’il avait dans la tête. Il savait qu’il l’appréciait mais il n’était pas habitué à n’être qu’un pot sans utilité. Il ne voulait pas que le paysan le conserve par compassion. Il devait le jeter à la poubelle et en finir une bonne fois pour toutes.

Le paysan sourit en l’écoutant. Il lui dit qu’il n’avait jamais songé à le jeter parce que, en réalité, il lui était très utile. « Utile? », demanda le pot. Comment pouvait-il lui être utile s’il ne faisait que lui faire perdre de l’argent tous les jours? L’homme lui demanda de garder son calme. Le lendemain, il lui montrerait pourquoi il avait autant de valeur. Le pot fêlé fut incapable de dormir.

Le lendemain, comme promis, le paysan lui dit: « Je te demande, s’il te plaît, d’observer tout ce qui se trouve de chaque côté du chemin qui mène au puits ». Le pot fut donc extrêmement attentif. Il regardait des deux côtés mais ne voyait qu’un joli chemin plein de fleurs en bourgeons. Lorsqu’ils arrivèrent au puits, il dit au paysan qu’il n’avait pas trouvé de réponse sur ce chemin.

L’homme le regarda avec tendresse et lui dit : « Depuis que tu t’es fêlé, j’ai réfléchi à la meilleure manière de continuer à tirer le meilleur parti de toi. J’ai donc décidé, de temps en temps, de répandre des graines sur le chemin. Grâce à toi, j’ai pu les arroser tous les jours. Et, grâce à toi, une fois que tout a fleuri, je peux cueillir quelques plantes et les vendre sur le marché, à un prix supérieur à celui de l’eau ». Le pot fêlé, très ému, comprit donc quelle avait été sa précieuse mission.

 

 

 

Posté par Assoula Warda à 10:48 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,