Chez Assoula

31 mai 2020

Je suis MOI…

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

 

A travers le monde, il n’y a personne qui soit exactement comme moi. Il y a des personnes qui me ressemblent sur certains points mais aucune ne me ressemble complètement et totalement.

Ainsi tout ce qui sort de moi, tout ce qui est produit par moi, est authentiquement moi car, moi seule, je l’ai choisi.

Je possède tout ce qui fait partie de Moi :

MON CORPS y compris tout ce qu’il fait

MON ESPRIT y compris toutes ses pensées et ses idées

MES YEUX y compris toutes les images qu’ils peuvent voir et percevoir

MES EMOTIONS quoi qu’elles puissent être… peur, joie, frustration, amour, déception, colère, tristesse, excitation.

MA BOUCHE et tous les mots qui sortent d’elle, qu’ils soient… doux, courtois, rudes, corrects, incorrects.

MA VOIX… forte ou douce. Et toutes mes actions, qu’elles soient pour les autres ou pour moi-même.

Je reconnais mes fantaisies, mes rêves, mes espoirs, mes peurs. Je reconnais toutes mes réussites et tous mes succès et toutes mes fautes et toutes mes erreurs.

Parce que je reconnais tout de moi, je peux lier intimement connaissance avec moi-même. En faisant cela, je peux m’aimer et être bien avec moi-même dans tous les lieux et à chaque instant.

Je peux permettre à toutes mes différentes parties me composant de collaborer et d’œuvrer pour mon bien-être et mon épanouissement.

Je sais qu’il y a des aspects de moi qui m’embarrassent et d’autres aspects que je ne connais pas.

Mais tant que je suis en Amitié et en Amour avec moi-même, je peux, courageusement et pleine d’espoir, rechercher des solutions à mes embarras et des voies de découverte et de connaissance de moi-même.

Quelle que soit mon apparence et ma résonance, quoi que je dise ou fasse et quoi que je puisse penser ou ressentir à un moment donné, cela est Moi.

Cela est authentique et représente qui je suis et où j’en suis à ce moment précis de ma vie.

Quand, plus tard, j’analyse comment je suis apparue, qu’est-ce que j’ai dit et fait et comment j’ai pensé et ressenti, des parties de moi peuvent se déclarer inaptes et inadéquates.

Je peux voir et attendre, ressentir, penser dire et faire. Je possède les moyens d’assurer ma survie, d’être proche des autres, d’être productive et de donner du sens au monde de personnes et de choses qui m’entourent.

Je me reconnais et, ainsi, je peux me construire. Je suis MOI et je suis quelqu’un de bien.

Posté par Assoula Warda à 08:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


30 mai 2020

Auteur Liégeois: Pascal Leclercq

PL-banner

 

Né à Liège, Pascal Leclercq est, selon une rumeur persistante, licencié en philosophie. Poète, il privilégie depuis quelques années la collaboration avec des artistes plasticiens (Jac Vitali, Un bâton et Paul Mahoux, Septièmes ciels, On disait), des architectes (Laurence Nélis et Yves Delincé, Architexto 2, Pierre Hebbelinck,Corps, corps, corps) ou encore la styliste Céline Pinckers (Les Belles Absentes).

Il a traduit de l’italien le poète Andrea Inglese (Colonne d’aveugles, Le Clou dans le fer) et le romancier Alessandro De Roma (Vie et mort de Ludovico Lauter, La fin des jours, Gallimard, Du monde entier). Quelques séjours au Québec lui ont valu de rencontrer l’éditeur des Coups de tête, Michel Vézina, et de publier ses premiers polars (la série Marzi et Outchj). Il a collaboré au magazine Flux-News, au journal C4 et a publié quelques textes dans diverses revues littéraires.

Il a coordonné quatre années durant la Nuit de la Poésie de la Foire du Livre de Bruxelles et anime actuellement avec Jean-Paul Bonjean les soirées littéraires de l’asbl D’Une certaine gaieté à Liège. L’écriture, chez lui, refuse de se laisser enfermer dans les cassetins fermés de la littérature, c’est pourquoi elle se fait tour à tour à l’atelier, à la table de la cuisine et sur les scènes où on veut bien l’inviter, les mains maculées d’encre, le corps en première ligne. Il fait partie du CEL.

 

Bibliographie

Poésie

  • Torino 1995-1998, L’Arbre à paroles, coll. Traverses, 1999
  •  Rue Trottechien, L’Arbre à paroles, coll. L’Arbre à paroles, 2000
  •  Chausse-trappe, Le Clou dans le fer, coll. Poésie, 2002
  •  Demain revient de loin, La Dragonne, 2002, prix Emile Pollack
  • Vous êtes nous serez vous sommes, image de Paul Mahoux, Tétras Lyre, coll. Lettrimage, 2002
  • Des garous et des loups, l’Idée Bleue, coll. Farfadet Bleu, Chaillé-sous-les-Ormeaux  
  • Variations sur un visage, Esperluète, 2005
  •  
  • Métiers de la matière, in Architexto 2, Nélis-Delincé architectes + Pascal Leclercq écrivain, Fourre-tout, 2007
  •  
  • Un bâton, iconographie et environnement sonore de Jac Vitali, La Dragonne, 2007
  • (bourse de la Fondation SPES)
  • C’est aussi mon histoire, Bookleg, Maelstrom, 2009
  •  
  • Animali neri, traduction italienne d’Andrea Inglese, La Camera verde, 2009
  •  
  • Animaux noirs, iconographie de Jac Vitali, La Dragonne, 2010
  •  
  • Corps, corps, corps, avec l’architecte Pierre Hebbelinck, Othée, 2011
  • La vie grouille d’insectes, le monde de tracas, chez l’auteur, Liège, 2013
  • On disait, ill. de Paul Mahoux, Cadex, 2013

Livres d’artistes  

  • Septièmes Ciels, avec Paul Mahoux, éd. Lignes de tête, 2007  
  • Fabriken, avec Jac Vitali, Pina Delvaux, éditions La Dragonne, 2009
  • Les Belles Absentes, catalogue S/S 2011 de la styliste Céline Pinckers
  • Les virées en voiture, Avec Jac Vitali, La Dragonne, Nancy, 2013

Polars

Liens

Posté par Assoula Warda à 06:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

27 mai 2020

Littérature belge francophone : Objectif Plumes et Espace Nord

litt-belge

Objectif Plumes

Durant la période de confinement, « Objectif plumes » propose de mettre à l’honneur chaque jour, sur les réseaux sociaux (sur Facebook et Instagram) un.e auteur.e belge francophone. Déclinés en littérature générale (qui reprend la fiction, le policier, le fantastique), littérature de jeunesse et Bande dessinés, ces coups de coeur apporter une éclairage plus que bienvenu sur notre littérature.

Mais Objectif plumes va plus loin en insistant en particulier sur les jeunes talents prometteurs de la littérature de jeunesse, c’est ainsi que l’on retrouve un portrait de l’illustratrice Marine Schneider, un atelier d’écriture et d’illustration intitulé « En voyage » de Valentine Laffitte, une sélection d’auteurs belges, une autre sélection de titres jeunesse sur le thème « chez soi », des lectures vidéo d’album (par Maud Roegiers) mais aussi des ateliers « fanzines » en vidéo…

C’est ici

Espace Nord chez vous/nous

La période de confinement a été pour Espace Nord l’occasion de mettre à l’honneur sa collection, par un tour des maisons (qui se termine le 11 mai, mais le tour des maisons est archivé et visible sur les réseaux sociaux). Le principe est le suivant : envoyer à Espace Nord une photo de livres de la collection prise chez soi avec les hashtags #espacenord #lirelebelge
#bookcover #instalivre #instabook #bookstalivre #bookstagram #livre#litterature #bebook 

#bookcommunity #book #livrestagram#toutlemondelit

On découvre ou redécouvre ainsi la collection de manière originale et ludique, de quoi donner l’envie de lire davantage encore.

C’est   ici

 

24 mai 2020

Le Choix...

 

aaaaaaaaaaaaaaaaaa

 

« Les décisions sont plus faciles quand les valeurs sont claires ».

Vous vous réveillez et décidez immédiatement que ça va être une belle journée ou vous décidez que ça ne le sera pas.

Vous vous rendez au travail et une voiture vous coupe soudainement la route, vous pouvez choisir de répondre immédiatement avec compréhension ou par la colère.

Vous vous rendez au travail et votre patron vous annonce un changement dans les opérations pour la semaine prochaine. Vous pouvez choisir d’être enthousiaste par l’opportunité ou d’être inquiet du changement.

Plus tard dans la journée, vous êtes invité à déjeuner par de nouveaux collègues d’un autre service. Vous pouvez décider d’en faire de nouveaux amis et accepter ou vous recroqueviller sur vous-même et refuser poliment.

Avant de rentrer chez vous, vous recevez un email pour faire un don à une campagne de charité annuelle. Vous pouvez choisir de donner librement ou de vous retenir.

Lorsque vous rentrez chez vous, votre enfant vous demande de jouer à « Batman et les monstres. » Vous pouvez faire le choix de participer à l’amusement ou de refuser.

Au dîner, le chien saute sur vos genoux de nouveau – mais qui donc a laissé entrer le chien ? Vous pouvez choisir d’être patient et faire sortir tranquillement le chien ou vous pouvez manifester votre frustration et la fatigue.

Après le dîner, votre aîné vous apporte son examen de mathématiques où il a obtenu un 14/20. Vous pouvez choisir de l’encourager et reconnaître ses efforts ou le démolir en demandant pourquoi il n’avait pas eu 19/20.

Quand vous allez bricoler dans votre atelier plus tard dans la soirée, vous pouvez choisir de porter les accessoires de protection et de travailler en toute sécurité ou vous pouvez faire le choix de ne pas les porter.

À l’heure du coucher, quand vous éteignez la lumière, vous pouvez choisir de dire à votre conjoint ce qu’il ou elle représente pour vous ou vous pouvez garder le silence.

Quel genre de journée aurait-elle été si vous aviez choisi la première option à chaque fois ? Quel type de journée aurait-elle été si vous aviez opté pour le 2nd choix dans chaque situation ?

Dans tous les cas, il n’y a pas de bonne ou mauvaise réponse mais simplement des choix.

Le grand secret de la vie est cependant que nous sommes le produit des décisions simples que nous faisons à chaque instant. Chaque jour nous faisons des centaines sinon des milliers de choix.

Nous faisons un choix conscient pour le bonheur, pour le leadership, pour un sourire, pour l’amour, pour la bonté ou pour la générosité. Ou bien nous pouvons tout aussi facilement opter pour la petitesse, la peur, la colère, le ressentiment, l’amertume ou la haine.

Posté par Assoula Warda à 09:26 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

20 mai 2020

LISEZ SOLIDAIRE- Les auteurs de romance s'engagent pour le personnel hospitalier

zz

https://www.harlequin.fr/livre/13015/hqn/l-amour-comme-antidote

Les autrices de romance et les éditions HarperCollins France se mobilisent pour soutenir la fondation des Hôpitaux de France et de Paris.

On ne réalise vraiment ce qui est précieux qu’en temps de crise.

Face à la situation exceptionnelle que nous traversons, nos autrices de romance se sont mobilisées afin de témoigner leur soutien à toutes celles et ceux qui prennent des risques chaque jour pour notre santé.
À travers ces dix histoires, elles nous invitent à garder espoir et nous offrent autant de possibilités d’évasion. Surtout, elles nous rappellent que pour surmonter cette épreuve, nous devons rester unis. Pour que toujours, l’amour et la vie triomphent....

 

Alessia d'Alba - Fenêtre sur cœur
Emily Blaine - Vous prendrez une entrée ?
Juliette Bonte - Il suffirait d'un mot
Eve Borelli - Des papillons dans le ventre
Nathalie Charlier - Le parfum de l'espoir
Léna Forestier - Toccata et fugue en Elle majeur
Sophie Jomain - Mon choix, c'est toi
Caro M. Leene - Ose, vis, aime
Louisa Méonis - Lola, petite, grosse et confinée
Alana Scott - I Need You


19 mai 2020

Michaël Lambert , auteur nouvelliste Liégeois

 

mi

Michaël Lambert envisage de proposer un recueil de ses nouvelles. Ce confinement le pousse à explorer l’édition en ligne. Dès lors, des questions fusent et il nous les pose à nous, lecteurs. Comment lisez-vous pour le moment ? Que pensez-vous des livres numériques ? Pour tenter d’y voir pus clair, Michaël Lambert a élaboré un court questionnaire en ligne, que vous trouverez ici. Gros bonus, l’auteur offre une de ses nouvelles « Évidence » à celles et ceux qui acceptent de remplir le formulaire !

Évidence

J’ai toujours su que la réalité n’existe pas, qu’elle n’existe pas sous une seule et unique apparence, mais qu’elle varie en fonction des individus et de la manière dont nous nous la représentons. Depuis aujourd’hui, j’en ai la preuve.

J’ai passé une nuit agitée. Le film d’horreur d’hier soir semble avoir perturbé mon sommeil. Je ne me souviens d’aucun de mes rêves, pourtant ma tête est lourde, mon esprit mal réveillé. J’étais de mauvaise humeur en me couchant car je n’avais pas osé quitter la chambre pour me rendre aux toilettes : ma peur du noir était remontée à la surface. Le héros du film pouvait apercevoir des monstres que personne ne semblait remarquer. À mon tour, j’étais persuadé de voir des formes se découper dans l’obscurité. J’ai enfoui ma tête sous les draps, j’ai eu chaud et je me suis réveillé plusieurs fois. Je suis toujours de mauvaise humeur en me levant.

Le bruit du courrier qui tombe derrière la porte d’entrée me surprend. Je descends et je ramasse les quelques lettres que j’étale sur la table de la cuisine. Elles ont toutes la même forme et les mêmes petits caractères railleurs : des factures. Quel sort subiront celles-ci : brûlées, déchirées, mangées ? Comme les précédentes, je suis dans l’obligation de les ignorer, ne pas les voir, comme si elles n’avaient jamais existé et souhaiter soudain que le facteur se soit trompé et qu’il ait déposé dans ma boîte aux lettres des liasses de billets, tout l’argent qui me fait défaut depuis si longtemps.

À SUIVRE !

BABELIO: https://www.babelio.com/auteur/Michal-Lambert/397333

FBK: https://www.facebook.com/les.livres.de.michael.lambert/

Posté par Assoula Warda à 00:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

17 mai 2020

Dichter des Vaderlands / Poète National / Nationaler Dichter

 

Depuis le 29 janvier 2014, la Belgique a son propre Poète National.

Il s'agit d'une initiative littéraire du Poëziecentrum de Gand, de La Maison de la Poésie et de la Langue Française de Namur et de l'organisation littéraire VONK & Zonen d'Anvers, en collaboration avec la Maison des Littérature Passa Porta de Bruxelles. Depuis 2015, la Maison de la Poésie (Amay), le fiEstival maelstrÖm, le Théâtre Poème 2, les Midis de la Poésie (Bruxelles) et Jeugd en Poëzie (Anvers) ont également rejoint le projet.

L'idée s'inspire du concept de " Dichter des Vaderlands " qui, grâce à la Fondation Poetry International, existe depuis 2000. Ce titre est un projet valorisant les échanges littéraires et culturels entre les 3 communautés linguistiques de notre pays.

Le Poète National belge est désigné pour une période de deux ans durant laquelle il a pour mission d'écrire au moins 12 poèmes (6 par an) sur des thématiques liées à l'actualité ou à l'histoire notre pays et/ou de la société. Grace à l'aide du Collectif des traducteurs de Passa Porta, tous les poèmes sont disponibles sur ce site dans les trois langues nationales.

Ce titre symbolique, décerné en 2014 au néerlandophone Charles Ducal, a été cédé en 2016 à la poète francophone Laurence Vielle, puis à Els Moors, auteure néerlandophone, en janvier 2018. Le Montois Carl Norac sera le 4ème poète à être investi du titre de Poète national. Son intronisation aura lieu le 29 janvier 2020. 

Tous les deux ans, c'est donc un poète issu d'une communauté linguistique différente qui est choisi pour porter le titre.

https://www.poetenational.be/

Le chiot et le garçonnet

 

cccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccc

Un commerçant était en train de clouer une affiche annonçant des «chiots à vendre» au-dessus de sa porte. Des affiches comme celle-là ont le don d’attirer les enfants et comme par hasard, un petit garçon apparut bientôt sous l’affiche du commerçant.

«Combien vendez-vous ces chiots ?» demanda-t-il.

Le commerçant répondit : «Entre 150€ et 170€».

Le petit garçon fouilla dans ses poches et en tira de la petite monnaie : «Je n’ai que 10€, dit-il. Est-ce que je peux les regarder s’il vous plaît ?» 

Le commerçant sourit et siffla. Du chenil ils virent sortir Lady, qui accourut vers eux en passant par le couloir du magasin, suivie de cinq petites boules de poils. Un des chiots traînait derrière à une bonne distance. Aussitôt qu’il le vit, le petit garçon montra du doigt le chiot qui boitait derrière les autres : «Qu’est-ce qu’il a celui-là ?»

Le commerçant lui expliqua que le vétérinaire avait examiné le chiot et avait découvert une malformation de la hanche. Il boiterait toujours. Il serait toujours infirme.

Le petit garçon devint tout excité. «C’est ce petit chien-là que je veux acheter !»

«Non, dit le commerçant, tu ne peux pas acheter ce chien. Mais si tu le veux vraiment, alors je vais te le donner.»

Le petit garçon se fâcha. Il regarda le commerçant droit dans les yeux et dit : «Je ne veux pas que vous me le donniez. Ce petit chien vaut aussi cher que les autres et je le paierai plein prix. En fait, je vais vous donner 10€ par mois, c’est ce que je reçois en argent de poche chaque mois. Je vous paierai ce qu’il vaut.»

Le commerçant répliqua : «Tu ne peux pas vraiment acheter ce petit chien. Il ne sera jamais capable de courir ni de sauter et de jouer avec toi comme les autres chiots.»

Sur ce, le petit garçon se pencha, retroussa la jambe de son pantalon et découvrit une jambe gauche affreusement tordue, soutenue par un appareil orthopédique.

Il regarda le commerçant et dit doucement : «Eh bien, je ne cours pas très bien moi-même, et le petit chien aura besoin de quelqu’un qui puisse le comprendre...»

Posté par Assoula Warda à 07:17 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

16 mai 2020

Laurence Vieille, poétesse, auteure et comédienne Belge

 

vi

Elle vit par écrire. Elle vit tout court, naturellement. Mais tout aussi naturellement, elle écrit court aussi. Elle n’écrit pas finalement. Elle ne cherche pas à écrire, comme disait l’autre : elle trouve. Elle est là avec sa chronique à la main - bouche : dire, oraliser, chanter, remuer les nerfs et les ventres, emplir les esprits et les âmes, pénétrer et ravir, transformer, illuminer.

C’est une philosophe de la rue. La poésie qui refuse d’être un quelconque décor embellissement du monde affreux. La poésie qui pense le monde en s’amusant de lui. La poésie qui ne s’évacue pas dans la tour d’ivoire. La poésie qui travaille d’arrache-pied sa texture vocale, sa densité de communication, sa vaillance devant les salles d’yeux et d’oreilles attentives. »
Elle se définit comme une glaneuse de mots, les mots des autres et les siens. Ce sont 

ses tambours, elle tente d’y accorder son cœur.

Comédienne, elle a joué entre autres et suivi des stages avec Valère Novarina, Dario Fo, Pietro Pizzuti, Alfredo Arias, Laurent Fréchuret, Magali Pinglaut. Elle aime surtout se plonger dans des écritures contemporaines.

Parmi les différents prix qui ont récompensé son travail d’écriture et de diseuse, elle a reçu en 2016 le prix Scam de la consécration littéraire, et le Grand Prix International du Disque et du DVD, catégorie Parole enregistrée, de l’Académie Charles Cros pour son livre-CD « Ouf », paru aux éditions maelstrÖm en 2015.

FBKhttps://www.facebook.com/laurence.vielle.3

BABELIO: https://www.babelio.com/auteur/Laurence-Vielle/120398

 

vieivie

 

 

Posté par Assoula Warda à 23:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

14 mai 2020

Lire pour la bonne cause du Collectif des Auteurs Masqués

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

 

Depuis plus d’un mois maintenant nous vivons une crise sanitaire sans précédent au 21e siècle. Dans cette lutte acharnée contre le COVID-19 les soignants.es du monde entier sont en première ligne pour sauver des vies, nos vies et celles de nos proches.

Des architectes, kinésithérapeutes, professeurs, mannequins, retraités ou encore infirmiers unis par leur amour de l’écriture ont choisi de créer Le Collectif des Auteurs Masqués qui regroupe en tout une quarantaine d’auteurs aux quatre coins du monde.

Ce collectif d’amoureux des mots a tenu à soutenir le personnel soignant de France par leur plus bel outil : leur plume.

Ensemble, ils ont écrit Histoires de confinésun recueil de 40 nouvelles autour du thème du confinement disponible depuis le 25 avril 2020 sur Amazon au format numérique et papier.

Les recettes de ce livre seront intégralement versées au collectif #Protègetonsoignant afin de soutenir l’ensemble du personnel soignant et de lui fournir les moyens nécessaires dans la lutte contre le COVID 19. Plus d’informations : protegetonsoignant.com

Du fantastique, du réalisme, du contemporain ou encore du romanesque, ce recueil assouvira toutes les envies livresques même les plus folles.

Un criminel qui sort de prison pendant le confinement, une ballerine qui danse pour ses voisins, un démon confiné dans le corps d’un humain, une infirmière qui devient folle… Ce sont autant de personnages que vous retrouverez dans ces 40 nouvelles, joyeuses, tristes, futuristes ou complètement déjantées, seul mot d’ordre au programme : le confinement.

Alors, ne perdez plus une seule minute, aidez les soignants et en prime, faite évader votre esprit confiné entre les 4 murs.  

Plus d’informations :

Le Collectif des Auteurs Masqués se tient à votre disposition pour toute demande d’informations complémentaires

Adresse mail : lesauteursmasques@gmail.com

Téléphone : (+33) 0670618239

https://www.facebook.com/LesAuteursMasques/